Nicole Trisse
Députée de la 5ème Circonscription de Moselle

Billet de la semaine

Assises de la mobilité : une mobilisation collective pour améliorer rapidement les transports du quotidien

 

Les Assises de la mobilité répondent à la volonté du Président de construire une nouvelle politique publique des mobilités pour tirer le meilleur parti des innovations, résoudre les problèmes de financement et accélérer la transition écologique dans le secteur, tout en donnant la priorité aux transports du quotidien (PR, Discours, 01/07/2017).

 

A travers ces Assises, le Gouvernement a fait le choix de mener une grande concertation avec les territoires sur l’organisation, l’architecture et le financement des transports pour mieux répondre aux attentes des Français : « le temps nous a semblé venu de réfléchir de manière à la fois très ouverte et très organisée, à l’avenir des transports français. Et de nous poser au fond la seule question qui vaille lorsqu’on est un responsable public, national comme local : de quels transports les Français auront-ils besoin d’ici 10 à 20 ans ? » (PM, Discours, 19/09/2017).

 

« Cette mobilisation collective doit permettre d'offrir rapidement des améliorations concrètes pour la mobilité au quotidien. #AssisesMobilité » (E. Borne, tweet, 19/09/2017)

 

Les ateliers thématiques lancés aujourd’hui permettront de préciser les besoins en matière de transports et d’identifier les leviers pour y répondre, afin qu’à l’horizon 2030, les mobilités soient :

 

  • plus propres en réduisant l’empreinte environnementale de nos déplacements ;

 

  • plus connectées en accélérant la révolution numérique dans les transports pour anticiper les mutations de la mobilité;

 

  • plus solidaires en réduisant les fractures territoriales et l’assignation à résidence, pour faire de la mobilité physique un moteur de la mobilité sociale ;

 

  • plus intermodales en articulant mieux toutes les offres pour les rendre plus attractives et pour offrir une vraie alternative à la possession d’un véhicule individuel ;

 

  • plus sûres en réduisant les accidents et risques liés aux mobilités ;

 

  • plus soutenables en équilibrant les modèles économiques, en dégageant des ressources financières à la hauteur des besoins et en rendant la gouvernance plus efficace.

 

Ces Assises déboucheront sur une loi d’orientation sur les mobilités qui sera présentée au premier semestre 2018.

Sur le volet financement, le Gouvernement souhaite mieux définir les priorités « en programmant le financement de manière précise, soutenable et dans la durée » des nouveaux projets d’infrastructures mais également de l’entretien du réseau (PM, ibid.). Il s’appuiera pour cela sur un Conseil d’orientation des infrastructures dont la présidence est confiée à Philippe Duron, ancien Président de l’Agences de financement des infrastructures de transport en France.

Le Premier ministre a par ailleurs énoncé la position du Gouvernement sur deux projets d’infrastructures d’envergure :

 

  • s’agissant du projet du tunnel ferroviaire entre Lyon et Turin, la France est « engagée par un accord binational avec l’Italie » et « la France tient ses engagements ». Le projet sera discuté lors du sommet franco-italien qui se tiendra à Lyon le 27 septembre prochain ;

 

  • s’agissant du projet du Canal Seine-Nord Europe, le Premier ministre a « entendu l’émotion, légitime, que l’annonce de la pause a provoquée dans les Hauts-de-France, (…) observé la solidarité d’une région autour de ce projet et la volonté des élus locaux de trouver les solutions pour le rendre possible ». Il a donc demandé à G. Darmanin et E. Borne d’étudier une solution reposant sur « la transformation de la société de projet d’Etablissement public de l’Etat en Etablissement public local,  les collectivités locales assumant la conduite du projet ».

 

Compte tenu de ses enjeux spécifiques, la question de l’avenir du transport ferroviaire et de son modèle économique ne sera pas traitée dans le cadre des Assises mais fera l’objet d’une réflexion particulière conduite en parallèle. Le Gouvernement confie une mission à Jean-Cyril Spinetta, chargé de faire des propositions d’ici le premier semestre 2018 pour une transformation réussie du secteur ferroviaire.


Articles similaires

Réalisation & référencement Comment faire un site web de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.