Nicole Trisse
Députée de la 5ème Circonscription de Moselle

Prisons : un accord a été trouvé avec le syndicat majoritaire, la Garde des Sceaux appelle les surveillants pénitentiaires à reprendre le travail

 

Contexte : suite aux graves agressions de surveillants dans les prisons de Vendin-le-Vieil et de Borgo, un mouvement de grève des personnels pénitentiaires a débuté il y a 12 jours. Un accord a été trouvé ce jour avec le syndicat majoritaire UFAP-UNSA.

 

  • Cet accord apporte « des réponses sérieuses, à une question sérieuse » (N. Belloubet, Europe 1, 26/01/2018). Les mesures proposées sont très concrètes.

 

  • Elles répondent à l’enjeu de la sécurité, qui était la « question majeure formulée initialement » (N. Belloubet, BFM, 26/01/2018).

 

  • La demande de changement de statut consistant à passer de catégorie C à B ne peut en revanche être satisfaite. « Pour être fonctionnaire de catégorie B, il faut avoir le bac. Actuellement plus de 33% des personnes qui ont passé le concours […] n’ont pas ce diplôme ; pour autant, ils font d’excellents surveillants. » (ibid.)

 

  • La Garde des Sceaux a appelé les surveillants pénitentiaires à reprendre le travail. « C’est une question de sécurité pour l’ensemble de la société. » (ibid.)

 

  •  Ces personnels ont un statut spécial. « Les sanctions liées à ce statut seront appliquées » (ibid.)

 

  • La Garde des Sceaux a le soutien total du Président et du Premier ministre. Les prisons font partie de son champ de compétence ; il est donc naturel qu’elle mène les négociations, en étroite relation avec Matignon.

 

  • Un plan prison plus général sera présenté fin février, conformément à l’engagement du Président de la République, pour résoudre « un problème qui existe de longue date et auquel nous devons apporter des réponses à la fois urgentes et raisonnées. » (ibid.)

 

Contenu de l’accord:                                               

 

  • La gestion des détenus radicalisés et violents sera améliorée :
    • La capacité d’évaluation des détenus terroristes islamistes et radicalisés sera doublée pour permettre d’évaluer 250 détenus par an.
    • Un quartier d’évaluation spécifique sera mis en place.
    • La capacité de prise en charge de ces détenus sera renforcée avec un objectif de 1 500 places dans des quartiers totalement étanches, dont 450 places dès la fin de l’année.

 

  • La sécurité des agents en détention sera renforcée.
    • Leur équipement sera renouvelé et amélioré : gilets pare-balles, téléphones portables avec géolocalisation, passe-menottes dans tous les quartiers sensibles…
    • Le dispositif des fouilles sera renforcé après évaluation parlementaire, afin de permettre aux surveillants d’effectuer des fouilles inopinées de cellule 
    • Les surveillants seront mieux associés aux prises de décision concernant les détenus.

 

  • Les dispositifs indemnitaires seront réévalués, à hauteur d’« environ 75 euros par mois et par personne » (N. Belloubet, Europe 1, 26/01/2018) soit un montant global de 32 millions d’euros. Sera notamment mise en œuvre une parité avec des primes que les policiers détiennent, « un symbole puissant » (ibid.)

 

  • Les recrutements seront accélérés et des efforts de fidélisation seront faits.
    • 1100 emplois supplémentaires seront créés sur les 4 prochaines années, en plus des créations déjà prévues : 100 en 2018, 400 en 2019, 300 en 2020 et 2021.
    • Un dispositif de fidélisation sera instauré dans les établissements les plus tendus, pour une enveloppe doublée par rapport à l’enveloppe initiale, à hauteur de 6 M€.

Réalisation & référencement Comment faire un site web de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.